Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Brigitte et Bernard

 

Le long de l'estuaire, balade à partir de Bourg

 

Située jusqu’au XVIIème siècle au confluent de la Dordogne et de la Garonne, Bourg a été convoitée par les stratèges tout au long de l’histoire. Les romains y édifièrent un oppidum, plus tard on la ceintura de remparts que Louis XIV fit détruire ! Bourg obtint des privilèges royaux dont celui d’être la 1ère filleule de Bordeaux. Elle fut visitée par de nombreuses têtes couronnées.

banniere-bourg-sur-gironde.jpg

 Le port comme lieu de détenteMarche Bourg 05.04.2011 019


 C'est une ville à deux étages. La ville haute, noble, est toujours abritée derrière ses remparts et se développe sur son promontoire en un enlacement de ruelles, d'escaliers empierrés et d'impasses invisibles, sauf pour le curieux.

L’hôtel de la Jurade, qui accueille l’office de tourisme, possède une belle façade de 1749.

 

La ville haute est reliée à la ville basse par des escaliers et par la rue Cahoreau, en forte pente, qui passe sous la porte Batailleyre (13ème siècle), percée à même le rocher. C’est la partie portuaire et marchande. Elle abrite un très vieux lavoir daté de 1828, puis le port de plaisance.

Bourg_2910_Bourg-sur-Gironde-Quai-des-Verreries.jpg

 

Le port était autrefois très actif : exportation de vins, de pierres de Bourg, pêche.

Maintenant Bourg tire ses richesses de son économie viticole

 ph33_bourgsurgironde.JPG

 

 L’activité nautique est un point fort de la ville. Les pontons municipaux, refaits au lendemain de la tempête de 1999, alliés aux pontons du Club Nautique, assurent un accueil des bateaux pour le passage ou en saison.
http://www.bourg-gironde.net/images/stories/accueil/accueil_01.jpg

le quartier du port , au pied des remparts de la ville
Marche Bourg 05.04.2011 017

 

Vieille ville, enjeu des rois de France et d'Angleterre, Bourg-sur-Gironde conserve quelques fragments de son enceinte du XIIIème siècle, dont une tour et de belles maisons de pierre du XVème au XVIIème siècle.


Marche Bourg 05.04.2011 024
Avant de repartir pour découvrir la campagne environnante, on appréciera l’architecture d’un lavoir: 

Image1

Marche Bourg 05.04.2011 021-copie-1

 

Datation :1828

 A l’origine, le vieux lavoir se situait à côté de la Fontaine. Ce dernier n’étant pas en bon état, et sa surface étant réduite, un nouveau lavoir fut édifié en 1828. La date est inscrite sur l’édifice. Ce lieu était particulièrement vivant et les lavandières y discutaient beaucoup. Toutes les informations concernant Bourg et ses habitants transitaient par le lavoir municipal. Les langues s’y déliaient si bien que les hommes pour se moquer de ces dames donnèrent au lavoir un surnom bien particulier...

Marche Bourg 05.04.2011 022

 

et  en longeant les remparts, nous nous dirigeons  vers le parc de l'Esconge

Au pied des remparts de la ville, ce parc  avec sa pièce d’eau et ses espaces verts, son aire de jeux  pour les enfants est une merveilleuse halte.

DSC07352

 

Thêatre de verdure où vous découvrirez un étang et  une partie du vignoble ainsi un parc de jeux pour enfants.
Pour un séjour prolongé vous pourrez également disposer d’un camping ombragé situé au pied des remparts en bordure de rivière.  

Marche Bourg 05.04.2011 034


Puis on arrive sur la crête de la falaise et on s’arrête au belvédère d’Eyquem. Les vignes glissent jusqu’à l’estuaire, la pointe d’Ambés (on dit ici « bec »), est largement industrialisée et accueille une raffinerie de pétrole. En face, c’est l’île Verte (en fait composée de plusieurs îles qui se sont dans le temps accolées sous l’effet de la sédimentation et des assèchements humains), et plus loin encore, la dernière rive visible est celle du Médoc.


Marche Bourg 05.04.2011 001

 

En suivant le fleuve , direction le château Eyquem

Prestigieuse demeure du XVIIème siècle, le Château Eyquem a servi de résidence d'été à Louis d'Eyquem, membre de la famille du célèbre philosophe Michel Eyquem de Montaigne.


Image1.png

 

Au confluent de la Dordogne et de la Garonne, ce château domine l'estuaire de la Gironde avec un incroyable belvédère.

Image3

ilenouvelle margaux

 

Localisation

Depuis Macau (pour la rive gauche) et Bourg-sur-Gironde (pour la rive droite) jusqu’à Pauillac, la partie amont de l’estuaire est occupée par un archipel d’une dizaine d’îles.

D’une part, il existe deux grandes îles :

-L’ensemble île Cazeau - île du Nord - île Verte

(le plus souvent nommé sous le nom d’île Verte), proche de la rive médocaine (rive gauche)

-L’ensemble île Nouvelle (île Sans-pain) – île Bouchaud, en face et au Nord de Blaye (rive droite)

Puis, trois îles plus petites, restent individualisées : l’île Patiras (en aval de l’île Bouchaud), l’île Pâté (en face de Blaye) et l’île Margaux, dans le bras de Macau.


L’apparition des îles

Elle est relativement récente et la première mention connue date du XIème siècle : il s’agit de l’île de Macau, actuellement rattachée à la rive gauche de la Garonne. A l’époque le bec d’Ambès n’allait pas si loin au Nord et l’île de Macau était sur l’estuaire.

L’île de Patiras, au Nord de Blaye, serait apparue au Moyen-Âge (les lépreux y auraient fini leurs jours au XIVème siècle).

L’île Cazeau est également signalée au XIVème siècle, puis les îles Carmeil, du Nord et d’Argenton au XVIème siècle.

L’îlot de Pâté serait de peu antérieur à 1691, date à laquelle Vauban y fit construire le fort du même nom, constituant un élément essentiel de défense entre la Citadelle de Blaye et Fort-Médoc.

Quant à l’île Verte, son existence n’apparaît pas sur les atlas de 1723 : en revanche elle est mentionnée sur les cartes de 1842.

A l’époque, des chenaux séparaient nettement les trois îles actuellement réunies (îles Cazeaux, du Nord et Verte).

 

Marche Bourg 05.04.2011 004

 

Château Eyquem : historique de la propriété :

 La propriété a été acquise en 1753 par Thomas de Subercasaux qui fit construire la chartreuse actuelle.

Une Chartreuse est en Gironde une longue maison basse isolée.

Ce serait un élève de l'architecte Louis (Grand théâtre de Bordeaux), qui l'aurait dessinée.

Depuis cette époque 7 générations se sont succédées et perpétuent la tradition.


La vue plongeante qu’offre ce belvédère permet d’observer l’île d’Ambés qui résiste au assauts de la Dordogne.


Marche Bourg 05.04.2011 005

 

 Des deux côtés de la route, des rangs de vignes partent soit vers le fleuve, soit à l’assaut du tertre calcaire de la colline.

Retour vers Bourg par la route longeant l'estuaire


Marche Bourg 05.04.2011 007

Des moulins sont ici partout présents

Marche Bourg 05.04.2011 008

 En face le Bec d'Ambès


Le naturaliste trouve aussi son bonheur dans ces vignes , en effet sur les terres basses poussent les tulipes sauvages, tandis que sur les coteaux secs et ensoleillés, ce sont les orchidées qui occupent l’attention.


Marche Bourg 05.04.2011 009

Vue sur le fleuve

Marche Bourg 05.04.2011 010

 

Sur les coteaux ,dans les côtes-de-Bourg, cette appellation dont l’AOC date de 1936, s’étend su3r 850 ha, et produit essentiellement des vins rouges

Marche Bourg 05.04.2011 011

 

Arrivée à Bourg: vues depuis le haut de la citadelle

Place de l'église avec vue sur la Gironde et l'épave du pétrolier italien "Glisia", coulé par les allemands en août 1944.

Marche Bourg 05.04.2011 014

 

Marche Bourg 05.04.2011 013

Les toits de la vieille ville depuis le bourg du haut

Marche Bourg 05.04.2011 015

Le quartier du port

Marche Bourg 05.04.2011 016


Marche Bourg 05.04.2011 025

En grimpant à la citadelle...

Marche Bourg 05.04.2011 026

 

Marche Bourg 05.04.2011 027

 

Vieille cité perchée sur son piton rocheux, Bourg fut l’espace de quelques semaines le lieu de résidence du jeune Louis XIV alors au prise avec la fronde des bordelais. Capitale de France, Bourg fut également baptisée « Filleul de Bordeaux » du fait de sa position stratégique sur l’estuaire


Marche Bourg 05.04.2011 028

Remparts qui entourent la ville depuis le XIII° et falaise naturelle

Marche Bourg 05.04.2011 029

Au XIIIe siècle, Bourg devient une bastide puissante, point important de l'activité économique du Cubzaguais

Marche Bourg 05.04.2011 030

  Plus tard, le ville verra passer Charles VII, Charles IX et François Ier. En 1650, Louis XIV y fait une escale.

Marche Bourg 05.04.2011 031

Dans la ville haute: un portail d'une rue bourgeoise

Image11.jpg

Entrée du château de la citadelle

 Albert-Nikon_5475.JPG

 

Le château de la citadelle construit début du XVIIIe siècle ,est un édifice bas , ne comportant qu'un rez de chaussée , largement ouvert sur la Dordogne Une balustrade dissimule le toit.

lacitadellere3.jpg


La citadelle côté fleuve  dont la porte massive reprend les décorations de celle côté cour, et le tout dans une grande sobriété.Côté cour, l'entrée est encadrée de deux pilastres doriques. et un fronton semi-circulaire. Côté terrasse, un dallage et une ballustrade donnent au château un point de vue remarquable sur la rivière.


Château de la citadelle Datation : 1723

Créateur : Etienne DARDAN dit FRANCOEUR

Matériaux : Pierre de Bourg

 

L'emplacement a connu successivement la villa gallo-romaine des Pontii, un château médiéval, une citadelle aménagée à la fin du XVIème siècle et une chartreuse, appelée " Château de la Citadelle.

 

Contrairement à la Citadelle de Blaye, ici la construction date du début du XVIIIe siècle. Contruit entre 1728 et 1730 pour Denis de Lansac, Parlementaire de Bordeaux. Il a servi de lieu de résidence à la famille de Broglie puis à Champion de Cicée, dernier Archevêque de Bordeaux avant la Révolution.

Aujourd'hui, le château est une salle communale qui accueille de nombreuses manifestation

 

DSC07351

 

La citadelle a tant marqué la population et l’histoire qu’aujourd’hui encore, et même après sa destruction en 1664, les Bourquais appellent “ Château de la Citadelle ”, la chartreuse qui lui a succédée en 1723. Le " Château" connaît donc une vie sans histoire passant entre les mains de nobles familles et même d'un archevêque et ce jusqu'en 1940, mais à l'Occupation les Allemands le réquisitionnent. Ils incendieront le bâtiment lors de la Débâcle, en août 1944. La ville reconstruira la chartreuse en 1963 en ne conservant que les murs extérieurs.

Ses jardins à la française et sa terrasse surplombant la Dordogne, lui confèrent un caractère qui fait la fierté des Bourquais.

 

la-citadelle-de-bourg2

 

Le parc du château de la Citadelle

Ses jardins à la française plantés de magnolias, sa vue sur l'estuaire fait de ce parc une promenade très agréable et ombragée.

 Un parc arboré donne également sur la Dordogne avec une belle vue sur la Garonne et la Gironde.


 Direction l'esplanade située à côté de l'église

29994740


30004267


EGLISE SAINT GERONCE  Datation : XIXème siècle

Architecte : LABBE

 Vers 1850, l’architecte diocésain Labbé se voit confier la réalisation d’une nouvelle église sous le vocable de Saint Géronce. Les conditions difficiles rencontrées à la construction font que le chevet de l’église contrairement à la tradition est dirigé plein sud. A l’intérieur, se trouve un orgue datant de 1861.

 

ESCALIERS DU ROY

escalier-du-roi.jpg


Ces escaliers dits “du Roy” dateraient du XVIIIème. Ils tirent leur notoriété de l'anecdote du “figuier du Roi”. En 1650, lors de son séjour à Bourg, Louis XIV, âgé de 12 ans, vint à passer devant un figuier planté en contrebas des remparts dont les fruits paraissaient fort alléchants. Un père Récollet, qui passait par là, souleva le Roi de terre pour l’aider à cueillir un fruit. Un des gardes qui veillait sur le jeune prince voyant que l'on touchait à son roi, se saisit du père qui finit en prison, accusé du crime de lèse-majesté. La Reine mère, Anne d’Autriche, amusée par le récit de son fils ordonna la libération du pauvre père dont le seul crime avait été de porter assistance au prince.


Retour au port Bourg_51262_Bric-a-brac-decoratif-devant-une-maison-de-la-v.jpg

Bric à brac "décoratif" devant une maison de la ville basse.

 

Personnages célèbres

MARIE BRIZARD  Datation : 28 juin 1714 Bordeaux– février 1801 Bordeaux

 

C’est au XVIIIème siècle que Martial Brizard fait construire dans la ville haute à Bourg une demeure dominant la Dordogne. Cette maison est aujourd’hui le siège des expositions réalisées par le Syndicat d’Initiative. On aperçoit encore ses initiales dans la ferronnerie au dessus de la porte d’entrée, côté rivière.

Martial est l’un des quinze enfants de Pierre Brizard et Jeanne Laborde, qui mettront également au monde Marie Brizard, fondatrice en 1755 de l’entreprise qui, aujourd’hui porte encore son nom. Négociant, Martial commerce à partir de Bourg, vraisemblablement en relation avec sa sœur. Propriétaire de chais sur le port de Bourg, il mène une vie de bourgeois aisé.

 

EMILE COUZINET  Datation : 1896 - 1964

 

Emile Couzinet, né à bourg le 13 novembre 1896, commence sa carrière comme directeur du Casino de Royan. Dès 1920, il fonde la société de distribution de film qu’il appelle en hommage à sa ville natale Bourg : “ Burgus film ” Elle est par la suite reconvertie en maison de production et Couzinet devient alors producteur et réalisateur de cinéma. Il a produit de nombreux films accueillis avec beaucoup d’enthousiasme par le public, malgré une critique sévère. Les Bourquais reconnaissent dans ses films leurs monuments et leurs rues. Parallèlement, Emile Couzinet crée de nombreuses salles de cinéma sur les boulevards à Bordeaux, dont le Rex, inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 17 juin 1976. Il fait également construire à Caudéran de nouveaux studios pour continuer son œuvre et meurt en 1964.

Parmi ses films, on retrouve : Le Congrès des Belles-mères, Le Club des Fadas, La famille Curucoux…

 

LEO LAGRANGE  Datation : 28 novembre 1900 - 10 juin 1940

 

Léo Lagrange, homme politique français, est né à Bourg, le 28 novembre 1900. Entre 1936 et 1938, il est sous secrétaire d’Etat aux sports et aux loisirs sous le Front Populaire. Il favorise le développement du sport populaire et de nombreux stades portent aujourd’hui son nom. A Bourg, le stade municipal Léo Lagrange est inauguré en présence de sa femme, Madeleine Lagrange, le 17 août 1947.

En effet, les Bourquais gardent le souvenir de cet homme.

Car, outre son travail réalisé en tant que sous secrétaire d’Etat, il a pris les armes pour défendre son pays pendant la Seconde Guerre Mondiale, son titre de parlementaire le dispensant pourtant d’être mobilisé. Il s’engage volontairement comme sous-lieutenant dans le 61° régiment d’artillerie. Son corps n’a jamais été retrouvé et en 1945, il est déclaré mort pour la France, par jugement de disparition, à Avaux dans les Ardennes, à la date du 10 juin 1940.

 

 

 

 

Commenter cet article

Présentation

Club de marche de Carbon-Blanc du CACBO Le club de marche du CACBO est ouvert à tous, il fonctionne chaque mardi après midi (de 8 à 10 kms). Un jeudi par mois pour une balade de 20 kms et un autre jeudi pour un parcours de 15 kms. Avoir bon pied et bonne humeur. Lieu de rendez-vous à Jacques Brel à 13h45 le mardi et les autres jours à confirmer selon les destinations.

Pour tous renseignements s'adresser à Monsieur Patrick VALETTE

 Mobile: 06 88 58 03 40

Email : valette.patrick@gmail.com

Articles récents

Hébergé par Overblog