Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Brigitte et Bernard


De nouveau nous avons repris nos randos du mardi et nous sommes partis en direction de Bourg sur Gironde;

Marche déjà effectuée il y a quelques mois mais sous la pluie !

Toutefois nos deux protagonistes avaient décidé de faire cette dernière en sens inverse histoire de varier les plaisirs; le temps n'était pas au beau fixe mais la pluie ne fera son apparition que sur la route du retour et nous étions bien à l'abri dans les voitures...


Entrée dans Bourg  

(faire un clic droit sur le mot surligné→ un menu déroulant s'affiche,cliquer sur "ouvrir le lien dans une nouvelle fenêtre")


 Au fond, la porte de la Gouttinière

 

7365.JPG

 

et arrêt sur le port où nous garons les voitures

 

ph33 bourgsurgironde

 

nous commençons par la montée de l'escalier du roy ;montée assez raide et éprouvante pour le départ !!!

 

76689

 

Ces escaliers dits “du Roy” dateraient du XVIIIème. Ils tirent leur notoriété de l'anecdote du “figuier du Roi”. En 1650, lors de son séjour à Bourg, Louis XIV, âgé de 12 ans, vint à passer devant un figuier planté en contrebas des remparts dont les fruits paraissaient fort alléchants. Un père Récollet, qui passait par là, souleva le Roi de terre pour l’aider à cueillir un fruit. Un des gardes qui veillait sur le jeune prince voyant que l'on touchait à son roi, se saisit du père qui finit en prison, accusé du crime de lèse-majesté. La Reine mère, Anne d’Autriche, amusée par le récit de son fils ordonna la libération du pauvre père dont le seul crime avait été de porter assistance au prince.

 

Passage devant le Lavoir 

 

BOURG

LAVOIR

Datation :1828

 

A l’origine, le vieux lavoir se situait à côté de la Fontaine. Ce dernier n’étant pas en bon état, et sa surface étant réduite, un nouveau lavoir fut édifié en 1828. La date est inscrite sur l’édifice. Ce lieu était particulièrement vivant et les lavandières y discutaient beaucoup.Toutes les informations concernant Bourg et ses habitants transitaient par le lavoir municipal. Les langues s’y déliaient si bien que les hommes pour se moquer de ces dames donnèrent au lavoir un surnom bien particulier...

 

med-le-lavoir-de-bourg-sur-gironde-visoterra-22402

 

arrivés en haut ,nous admirons depuis la place, le superbe panorama qui s'offre à nous

 

DSC07350

 

Jean claude continuant son rôle de guide nous renseigne sur les personnages célèbres de la ville de Bourg:

 

EMILE COUZINET

 

Datation : 1896 - 1964

 

Emile Couzinet, né à bourg le 13 novembre 1896, commence sa carrière comme directeur du Casino de Royan. Dès 1920, il fonde la société de distribution de film qu’il appelle en hommage à sa ville natale Bourg : “ Burgus film ” Elle est par la suite reconvertie en maison de production et Couzinet devient alors producteur et réalisateur de cinéma. Il a produit de nombreux films accueillis avec beaucoup d’enthousiasme par le public, malgré une critique sévère. Les Bourquais reconnaissent dans ses films leurs monuments et leurs rues. Parallèlement, Emile Couzinet crée de nombreuses salles de cinéma sur les boulevards à Bordeaux, dont le Rex, inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 17 juin 1976. Il fait également construire à Caudéran de nouveaux studios pour continuer son œuvre et meurt en 1964.

Parmi ses films, on retrouve : Le Congrès des Belles-mères, Le Club des Fadas, La famille Curucoux…

 

couzinet.jpg

 

LEO LAGRANGE

 

Datation : 28 novembre 1900 - 10 juin 1940

 

Léo Lagrange, homme politique français, est né à Bourg, le 28 novembre 1900. Entre 1936 et 1938, il est sous secrétaire d’Etat aux sports et aux loisirs sous le Front Populaire. Il favorise le développement du sport populaire et de nombreux stades portent aujourd’hui son nom. A Bourg, le stade municipal Léo Lagrange est inauguré en présence de sa femme, Madeleine Lagrange, le 17 août 1947.

René Cadilhon, alors Maire de Bourg s’adresse aux jeunes de sa commune en ces termes :

“ Sportifs, le stade Léo Lagrange est vôtre à partir d’aujourd’hui. Il est placé sous votre sauvegarde. En toute occasion, souvenez-vous du nom qu’il porte ! ”. Pierre Boyries alors Président de l’ALBS lui répond “ De Léo Lagrange dont ce stade portera le nom, ils conserveront le sens du devoir et de la dignité ”. En effet, les Bourquais gardent le souvenir de cet homme.

Car, outre son travail réalisé en tant que sous secrétaire d’Etat, il a pris les armes pour défendre son pays pendant la Seconde Guerre Mondiale, son titre de parlementaire le dispensant pourtant d’être mobilisé. Il s’engage volontairement comme sous-lieutenant dans le 61° régiment d’artillerie. Son corps n’a jamais été retrouvé et en 1945, il est déclaré mort pour la France, par jugement de disparition, à Avaux dans les Ardennes, à la date du 10 juin 1940.

 

l_lagrange.jpg

 

et enfin:

MARIE BRIZARD

 

Datation : 28 juin 1714 Bordeaux– février 1801 Bordeaux

 

C’est au XVIIIème siècle que Martial Brizard fait construire dans la ville haute à Bourg une demeure dominant la Dordogne. Cette maison est aujourd’hui le siège des expositions réalisées par le Syndicat d’Initiative. On aperçoit encore ses initiales dans la ferronnerie au dessus de la porte d’entrée, côté rivière.

Martial est l’un des quinze enfants de Pierre Brizard et Jeanne Laborde, qui mettront également au monde Marie Brizard, fondatrice en 1755 de l’entreprise qui, aujourd’hui porte encore son nom. Négociant, Martial commerce à partir de Bourg, vraisemblablement en relation avec sa sœur. Propriétaire de chais sur le port de Bourg, il mène une vie de bourgeois aisé.

 

marie_brizard.jpg

 

après ce petit intermède, direction l'allée du château de la citadelle

 

la-citadelle-de-bourg2

 

DSC07351

 

depuis la terrasse nous observons la zone industrielle de la presqu'île d'Ambès: Jean claude nous précise le devenir de site comme la centrale thermique qui a cessé toute activité depuis 2005

Les 9 bacs de fioul restent en service et sont "loués à la société DPA qui y stocke du gasoil pour le compte de SAGESS.

Le site reste la propriété d'EDF pour un (éventuel) futur projet

 

 

DSC07354.JPG

 

descente vers le parc en passant devant la porte de l'Esconge

 

porte_esconge.jpg

 

PORTE DE L’ESCONGE

Datation : XIIème siècle ; remaniée au XIXème siècle

 

La porte de l’Esconge est située sur le décumanus romain. Elle doit son nom à la proximité de la maison noble de la famille Conges. Elle est parfois appelée "Porte de la retraite" ou bien "Porte des Espagnols". Il s’agit vraisemblablement d’une des zones de la ville les plus anciennes. Incluse dans les remparts du XIIIème siècle, elle fut probablement murée puis ouverte à plusieurs reprises. Cet ensemble fut restauré pour le plus grand plaisir des amoureux des couchers de soleil.

 

 

DSC07352

 

nous descendons les coteaux de vignes vers l'estuaire 

empruntons ensuite la route qui longe celui ci ; de superbes points de vue se présentent aux marcheurs à partir de l'esplanade du château  Eyquem

 

DSC07356.JPG

 

DSC07357.JPG

 

petite discussion entre amis...

 

DSC07358.JPG

 

avant d'aborder le chemin du retour qui nous fera longer les remparts de la cité

 

DSC07363.JPG

 

DSC07364.JPG

 

retour au parking

 

Histoire de BOURG

 

Une origine Gallo-romaine

Idéalement placée à l'origine au confluent de la Dordogne et de la Garonne, Bourg a joué un rôle fort dans l'histoire régionale. Dans le parc de la Citadelle, la résidence gallo-romaine de la famille des Pontii devait avoir des proportions importantes. Sidoine Appolinaire (vers 430/vers 487), auteur de poèmes et de belles lettres qui constituent un témoignage essentiel sur le Vème siècle, a adressé à son ami Pontius Léontius, un poème qui évoque la situation de Bourg avec ses murailles près de la confluence de la Dordogne et de la Garonne. Il décrit la grande résidence des Pontii avec ses thermes, ses pièces de réception, ses greniers, son atelier de tissage… Les Pontii ont pour ami Ausone (vers 310-vers 395), qui est le précepteur de leurs enfants. Ausone, poète et écrivain érudit d'origine gauloise et empreint de civilisation romaine, possède une villa aux Gogues érigée sur les coteaux de Bourg à la fin du IVème siècle. Paulin de Nole (353-395) la qualifie de "demeure rivale de celles de Rome". Il ne reste aujourd'hui de la villa d'Ausone que les thermes entourés de vignes. Le long texte de Sidoine Apollinaire montre le maintien, chez les aristocrates du Vème siècle, de la culture latine et du mode de vie à la romaine, malgré la place des peuples barbares dans l'Empire.

 

Bourg, un statut de commune dès le Moyen-Âge

Bourg, après avoir initié les premiers pas de Bordeaux comme capitale régionale selon les découvertes les plus récentes, développe parallèlement son rôle de cité jusqu'à s'affranchir des pouvoirs royaux et seigneuriaux au moyen âge en obtenant le statut de commune, à l'image des cités italiennes, comme il est curieusement précisé dans sa charte. Ceinte très tôt de puissants remparts, elle suscite l'intérêt de tous les soldats avides de faire sauter le verrou de Bordeaux qu'elle constitue.

 

Une histoire privilégiée dès le XVIème siècle

La famille de LANSAC, omniprésente au XVIème siècle, puis le duc d'EPERNON, la contrôlent avant que Mazarin, Anne d'Autriche et le futur roi Louis XIV n'en fassent la capitale de leur royaume au mois de septembre 1650. La fronde réprimée, la ville turbulente subit la rancune de ce prince qui fait abattre sa citadelle.

 

Bourg, ville commerçante et viticole

Le XVIIIème siècle connaît une ville commerçante et calme, soucieuse d'embellissement et de l'exportation de ses vins. Révolutionnaire modérée, elle traverse le XIXème siècle à l'écart du modernisme et des nouveaux moyens de transport qui auraient pu lui procurer une seconde histoire. La fin du XXème la trouve toujours tournée vers la production de vins de qualité et vers un nouveau débouché : le tourisme.

Commenter cet article

ITEY Damienne 22/05/2010 18:58


Tout simplement magnifique .... les photos et les textes. Merci


Présentation

Club de marche de Carbon-Blanc du CACBO Le club de marche du CACBO est ouvert à tous, il fonctionne chaque mardi après midi (de 8 à 10 kms). Un jeudi par mois pour une balade de 20 kms et un autre jeudi pour un parcours de 15 kms. Avoir bon pied et bonne humeur. Lieu de rendez-vous à Jacques Brel à 13h45 le mardi et les autres jours à confirmer selon les destinations.

Pour tous renseignements s'adresser à Monsieur Patrick VALETTE

 Mobile: 06 88 58 03 40

Email : valette.patrick@gmail.com

Articles récents

Hébergé par Overblog