Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publié le par Brigitte et Bernard

 

 

 

Une balade au cœur du parc régional des Landes de Gascogne

Créé en 1970, le PNR s’étend sur 315 300 hectares et se découvre à pied, à cheval ou encore en canoë sur la

Leyre, rivière qui serpente au coeur de la forêt de pins –ou «pignada »- avant d’aller se jeter dans le Bassin d’Arcachon.

 

Nous sommes à St Symphorien.

La commune est située sur la rivière La Hure, dans la forêt des Landes au cœur du parc naturel régional des Landes de Gascogne, dans le sud-sud-ouest du département de la Gironde.

En gascon Sent Séfrian, arrondissement de Langon.

Image1.jpg

Environ 1700 habitants : les Paroupians. Plusieurs communes constituent le "pays Paroupian" (en gascon paroissiens) St Léger de Balson, Origne, Hostens, Le Tuzan, Mouchats, Balizac et St Symphorien. Le village a pris ce nom pour désigner ses habitants.

Au moyen âge le village était sous l’autorité de la famille d’Albret.

 

Le bourg se constitue de façon tardive au XVIIIe s. avec une quinzaine de maisons autour de l’Eglise.

 

L’Eglise de St Symphorien : faite de brique et de pierre de Style gothique (XVIe s) dont la façade a été refaite au XIXe s.

Image2

 

Image3

 

Image4

 

Dans la première partie de la randonnée nous avons pu découvrir  l’habitat traditionnel de cette région.

L’habitat : Il est constitué de plusieurs hameaux disséminés dans la lande. Nous en avons traversés plusieurs


Image10

 

Arrivée à  Lassus, quartier typique du massif des Landes de Gascogne,appelé airial, et qui se compose, dans une clairière isolée et plantée de feuillus, de maisons traditionnelles et de dépendances communes comme le four à pain

Image5

 

Image7

 

un airial désigne dans les landes une clairière au sein du massif forestier regroupant quelques maisons et leurs dépendances, (grange, bergerie…) Les pins cèdent la place à un espace de pelouse couvert de chênes parfois centenaires et de feuillus. Les airiaux d’un même village sont désignés « quartiers ». Ils étaient centres d’opérations communautaires : « tuaille » du cochon, travaux divers, festivités.

C'est sur ce magnifique airial que nous décidons de poser nos sacs pour le casse croûte

 

Image8

Cette grange est un petit musée ouvert à tous qui  présente les différents métiers et les différentes activités que l'on pouvait trouver dans ce pays de landes ;

Image9

en effet la rive gauche de la Hure fut très prospère grâce à l’exploitation du pin maritime qui connut son apogée du milieu du XIXe siècle à 1930. Arrêt total du gemmage en 1960.

 

Le pin ou "l'arbre d'or ". Son exploitation avait de multiples facettes.

Image19

Tout est bon dans le pin : les gouttelettes de résine qui deviennent colophane ou essence de térébenthine et servent à élaborer médicaments, savon… Les troncs droits qui font le bonheur des charpentiers, les branches vertes étaient transformées en combustibles, les aiguilles et écorces permettaient de tracer des chemins dans la forêt, les copeaux prélevés sur la carre ou gemelles servaient d'allume feu.

 

Des panneaux présentent les principaux outils alors utilisés comme l'outillage principal du résinier avec

 

  • Le Pitey échelle taillée dans un jeune pin avec cale-pieds de chaque côté taillés dans la masse conçu pour résiner en hauteur.
  • Le Hapchot : lame tranchante recourbée pour pratiquer dans le tronc de l’arbre une incision verticale, la carre. Le long de cette carre coule la résine qui est ensuite canalisée par un crampon de zinc puis recueillie dans un pot de terre cuite. Le Gemmage s'effectuait de Mars à Octobre. 

Autour de cette activité une ligne de chemin de fer fut ouverte en 1873 et  fermée définitivement en 1977. C’est la disparition de l’activité traditionnelle.

 Puis la commune connut une période de repli. Elle redémarre avec l’implantation d’une scierie à l’échelle européenne. d'Industries de la filière du bois ou de transformation des produits agricoles.

 

Nous découvrons une autre maison magnifique toujours dans la tradition landaise, (torchis et bois)avec son auvent traditionnel et bien sûr le four à pain omniprésent comme l’étaient également les fameux puits à balancier.

 

Image15

 

Une autre maison traditionnelle très bien restaurée avec son puits à balancier de bois pour pouvoir hisser plus aisément les récipients.

Image13

 

Image6

De magnifiques  fours restaurés 

Image111.jpg

Cette balade dans la forêt de pins si elle invite à la rêverie ne doit pas nous faire oublier la présence des palombières et donc des chasseurs !

Image16

 

Image18

Après une traversée dans un silence religieux nous découvrons un site magnifique :

le Moulin de Marian

Image21

 

Ce moulin sur la Hure a été évoqué à plusieurs reprises par François Mauriac dans son oeuvre et plus particulièrement dans "Le mystère Frontenac". Le Moulin est connu dès 1828 ou « moulin du gros ». Il conserve une partie de ses installations à l’intérieur : grande roue à broyer le grain. Une retenue d’eau en amont permet de réguler la Hure.

Image24

 

Image26

 

Image27

Peu à peu nous retrouvons la civilisation et le petit village de St Symphorien.Après avoir longé un parc

Image29

 

on découvre une maison de style arcachonais:le Chalet François Mauriac


Image32


le magnifique chalet de François Mauriac est actuellement propriété du conseil régional, au coeur d'un parc de 10 hectares baigné par la Hure et planté d'arbres centenaires.

Image34

Le jeune Mauriac y passait ses vacances Il y vécut en communion avec la nature et la vie( "Un adolescent d'autrefois").

Image31

L'écrivain François Mauriac puisera son inspiration dans cette lande et paysages girondins. que l'on retrouve dans l'atmosphère de son oeuvre romanesque. Il passa toutes ses vacances dans cet univers si particulier. Il perdit son père très jeune. Sa mère issue d’une famille bourgeoise possédait plusieurs propriétés dans les environs. Elle fit construire en 1895 un chalet (dont l’architecture s’apparente beaucoup à celle des villas de la ville d’hiver d’Arcachon), au milieu d'un magnifique parc au bord de la Hure.

Image38

Nous traverserons ces lieux où il campa ses personnages. (Thérèse Desqueyroux). Il rebaptisa St Symphorien pour les besoins de son roman "St Clair" (commune de St Léger de Balson), lieu emblématique où se trouve une fontaine miraculeuse réputée pour guérir les maladies de yeux.

 

Dans ces romans il étrille une bourgeoisie rurale étriquée enfermée dans de lourds secrets étouffés.

 

En flânant dans le village on peut y découvrir de très belles maisons, témoignage d’un passé prospère –

Image41

 

Image42

 

Image43

 

Enfin vient l'heure de se restaurer !

Image44

 

Dans la deuxième partie de la randonnée nous sommes en pleine nature.

 

Image45

 

Image46

 

Image47

Commenter cet article

Présentation

Club de marche de Carbon-Blanc du CACBO Le club de marche du CACBO est ouvert à tous, il fonctionne chaque mardi après midi (de 8 à 10 kms). Un jeudi par mois pour une balade de 20 kms et un autre jeudi pour un parcours de 15 kms. Avoir bon pied et bonne humeur. Lieu de rendez-vous à Jacques Brel à 13h45 le mardi et les autres jours à confirmer selon les destinations.

Pour tous renseignements s'adresser à Monsieur Patrick VALETTE

 Mobile: 06 88 58 03 40

Email : valette.patrick@gmail.com

Articles récents

Hébergé par Overblog